ACTU A LA UNE

ARRET DU CONSEIL D’ETAT DU 15 JUILLET 2020, UNE GRANDE VICTOIRE POUR LA PROTECTION DE L’ENFANCE, LA DEFENSE DU TRAVAIL SOCIAL

Par un arrêt en date du 15 juillet 2020, le Conseil d’Etat a annulé la partie d’une délibération du Conseil départemental de la Haute Vienne, en date du 6 octobre 2014, qui excluait de toute prise en charge au-delà de la date anniversaire de ses 18 ans, tout jeune n’ayant pas été pris en charge préalablement pendant au moins trois années consécutives par l’aide sociale à l’enfance (ASE).

Le droit de manifester est une liberté fondamentale. Il est une condition et une protection pour les autres libertés. Il permet de dire ensemble comment on veut vivre.

Depuis 1935, il s’exerce par simple déclaration. C’est ainsi qu’il a traversé le siècle et les crises pour arriver intact jusqu’à nous.

MOBILISONS NOUS LE MARDI 16 JUIN 2020 !

Depuis plus d’un an, les personnels des secteurs professionnels de la santé, des établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes, du médico-social, sont engagés dans un processus de mobilisation inscrit dans la durée. À l’appel d’un front unitaire très large, les agent·es sont appelé·es à s’inscrire dans une nouvelle journée de mobilisations par la grève, des rassemblements et manifestations, le mardi 16 juin prochain.

À l’opposé des politiques austéritaires mises en oeuvre depuis des décennies, ceux-ci se mobilisent pour obtenir les moyens budgétaires nécessaires à la mise en oeuvre de leurs missions de
service public et d’intérêt général qu’il s’agisse de soigner, sans exclusive, les personnes malades ou encore de permettre aux personnes dépendantes de vivre décemment. Les agent·es luttent également pour le maintien et le développement de services publics de pleine compétence et de proximité sur l’ensemble du territoire national y compris en Outre-mer. Dans le même temps, ces derniers exigent une amélioration significative de leurs conditions de travail par notamment l’augmentation des salaires et des traitements, la réduction du temps de travail, les créations d’emplois nécessaires et la réouverture des lits fermés. La crise générée par la propagation du coronavirus et le soutien apporté par la population aux personnels montrent l’urgence des réponses qui doivent maintenant être apportées par les pouvoirs publics.

Tel n’est pas le chemin dessiné par le Ségur de la santé. Bien au contraire ! Aucune rupture avec les politiques austéritaires menées n’a été annoncée. De plus, alors que la plus grande incertitude
règne sur l’augmentation des traitements et des salaires, le gouvernement annonce sa volonté de modifier le temps de travail des personnels. De telles orientations sont inacceptables. Dans un tel contexte, nos organisations syndicales se déclarent solidaires du processus de mobilisation engagé qu’elles soutiennent.

Cette bataille, c’est aussi la nôtre ! Celle que nous menons pour la défense, la reconquête et le développement des services publics et plus particulièrement de la Fonction publique, pour l’octroi
des crédits nécessaires à la mise en oeuvre des missions, pour l’amélioration des conditions de travail et de vie des personnels à commencer par la revalorisation significative de la valeur du
point d’indice. C’est pourquoi nous appelons les personnels de la Fonction publique à participer aux initiatives, rassemblements et manifestations qui seront organisés le 16 juin prochain.

Paris, le 12 juin 2020

Construire un plan d’investissement dans l’Education

Les dégradations sanitaires et sociales qui ont eu lieu durant la période et qui seront malheureusement une réalité aussi à la rentrée justifient avant toute chose que les actions des médecins, des infirmier.es, des psychologues et des assistant.es de service social soient renforcées. Nous demandons également que le plan d’investissement intègre les questions de bâti scolaire et d’équipement (notamment sanitaires, lavabos…), la crise ayant révélé des manques criants et inacceptables de ce point de vue.

POUR UNE SOCIETE PLUS JUSTE : SORTIR DE LA LOGIQUE SECURITAIRE

Le meurtre raciste de George Floyd par un policier de la ville de Minneapolis a suscité une mobilisation internationale contre les violences policières et le racisme. En France, le 2 juin, le rassemblement à l’appel du Comité « Vérité et justice pour Adama » a réuni entre 20 et 30 000 personnes à Paris, et des milliers de personnes à Lille, Marseille, Lyon et d’autres villes du pays.

Page 1 sur 11